Norma Jean Baker

Fichier hébergé par Archive-Host.com

C’était un dimanche il y a cinquante ans aujourd’hui que Marilyn, une des plus grandes icônes du cinéma, s’en est allée, laissant derrière elle l’inépuisable mystère entourant son départ. Pour les uns, rien ne peut ébranler la thèse de l’assassinat alors que pour d’autres, Norma Jean Baker aurait choisi de mettre fin à sa vie alors qu’elle n’avait que 36 ans.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Foi num domingo, faz hoje 50 anos que Marilyn, um dos maiores ícones do cinema desapareceu, deixando o inesgotável mistério quanto à sua morte. Para alguns nada faz estremecer a teoria do assassinato enquanto que para outros, Norma Jean Baker terá escolhido por termo à sua vida aos 36 anos.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Tu posais nue pour des calendriers,
Tu faisais des photos mais rêvait de danser,
Petite poupée blonde aux cheveux décoiffés,
Tu t´en venais de l´ombre et rêvais de gagner
Le soleil, le soleil.

Et les hommes se mirent à te désirer
Pour un de tes courriers, pour une nuit de volée,
Ils te bâtirent un jour un palais de papier
Marilyn que t´ont-ils fait?

Et Monsieur Cinéma se foutait bien de toi,
Il te faisait Diva mais tu n´étais que toi,
Une gosse perdue au cœur de ses studios
Où les coeurs se sont tus à force de sanglots
Au soleil, au soleil.

Et les femmes se mirent à te détester,
Tu devenais l´objet que voulaient posséder
Les hommes enchaînés rêvant de liberté
Marilyn que t´ont-ils fait?

On dit qu´un Président t´avait téléphoné,
Qu´il était ton amant depuis quelques années,
On dit tout de toi, on en avait tant dit
Qu´ils ne surent pas pourquoi tu t´étais endormie
Au soleil, au soleil.

Et moi qui t´ignorais, je te connais si bien
Que je te dis bravo, n´oublie pas que demain
On reviendra te voir mais repose-toi bien
Marilyn, Marilyn a trop dansé.

Et moi qui t´ignorais, je te connais si bien
Que je te dis bravo, n´oublie pas que demain
On reviendra te voir, mais repose-toi bien
Marilyn a trop dansé
A trop dansé
Marilyn.

(Nicolas Peyrac, album Quand pleure la petite fille, 1976)

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

This entry was posted in Dans ma boite à musique. Bookmark the permalink.

7 Responses to Norma Jean Baker

  1. telophase says:

    Marilyn a été propulsée sur les devant de la scène non pas grâce à ses talents d’actrice ou de chanteuse, ou à une beauté inégalable mais grâce à cet immense  » je ne sais quoi » qui rend les hommes dingues de désir : « féminité extrême doublée d’innocence enfantine mélangée à une forte dose d’élégance féline et mystérieuse ».
    Voilà, messieurs les hommes , vous l’avez désirée, elle vous a fait fantasmer, vous vous en êtes servie en direct ou à distance jusqu’à la briser, la casser la réduire en poussière.
    Les feux de la rampe ne servaient en fait qu’à exacerber le désir masculin universel.

  2. Lucile says:

    Combien d’artistes ne passent plus sur les médias ou sur les écrans…mais font toujours recette auprès du public !
    Mais c’est une autre histoire…longue histoire…!!

    • ArRi says:

      Lucile
      pour certains, à en juger par le nombre d’albums vendus, ont dirait qu’ils se portent mieux après leur mort.

  3. ArRi says:

    Nicolas Peyrac chante encore. Ici et là. Son dernier album gagne a être entendu.

  4. Obni says:

    Mais qu’est devenu Nicolas Peyrac ? Il fait parti de ces artistes qui disparaissent des écrans cathodiques du jour au lendemain… Merci d’avoir permis de l’entendre ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>