Rêvasseries

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 Amedeo Modigliani

Je parcourais ton corps
De mon imagination solitaire.
Tu remplissais tous mes désirs
Et je m’apprêtais à goûter tes seins
Et le jus sucré de ta peau humide
Lorsque la sonnerie du téléphone
a mis fin à mes rêvasseries.
Au bout du fil il y avait ta voix.
Quelques instants encore
Et je t’aurais dévorée d’amour.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Vagueava pelo teu corpo
A minha solitária imaginação.
Tu saciavas os meus desejos
Preparava-me a saborear os teus seios
E o sumo adocicado do teu corpo
Quando o grito do telefone
Pôs um termo ao meu desvaneio.
Eras tu do outro lado da linha
Alguns instantes mais
E tinha-te devorado de amor.

alr © 2012

This entry was posted in Poussières d'encre bleue. Bookmark the permalink.

6 Responses to Rêvasseries

  1. gballand says:

    ah « o sumo adocicado  » est beaucoup plus suggestif, d’un point de vue sonore, que le « jus sucré. Heureusement que le portugais existe ;)
    « O grito » ! Eh bien…

    • ArRi says:

      Eh oui… « Le cri ». Et ce n’est qu’une image… J’ai toujours trouvé que la sonnerie du téléphone avait quelque chose d’agressif et de menaçant.

  2. teo says:

    Un poème très intéressant!

  3. Obni says:

    Jolie poésie à la fois sensuelle et mélancolique. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>