Lisboa meu amor, Carlos Mendes

Lisboa, alr © 2011

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Lisboa tem um vestido azul feito de mar e guerra. E cheira a laranjas maduras.
Quando as gaivotas trazem no bico os primeiros pedaços de sol para acender o dia, Lisboa deixa correr os cabelos pelo Tejo e o Povo pelas ruas.
À mesma hora, a coragem agita no sangue duas grandes asas inquietas.
Por todas as janelas destruídas, já o mar entrou, derrubando acácias cantando hinos de espuma.
E porque toda a coragem é necessária, toda a esperança é legítima.

Chamar-te a ti, Lisboa, camarada,
e depois, eu sei lá, enlouquecer.
Que a loucura é quase um grão de nada
e tu tens um nome de mulher.

Ou dizer que és a minha namorada.
Devagar. Não vá alguém saber
que fizemos amor de madrugada
e tu trazes um filho por nascer.

Se eu inventar de noite a liberdade
de poder beijar-te os olhos e morrer,
no teu ventre não há fado nem saudade
mas apenas os filhos que eu fizer.

E pode ser que eu guarde a tempestade
de ter que aqui ficar. E então dizer
que sobre a minha boca ninguém há-de
pôr rosas de silêncio, se eu quiser.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Lisbonne a une robe faite de mer et de guerre. Et sent les oranges mûres. Lorsque les mouettes apportent dans leur bec les premiers morceaux de soleil pour allumer le jour, Lisbonne laisse courir ses cheveux sur le Tage et le peuple par les rues.

À la même heure, le courage agite dans le sang deux grandes ailes inquiètes. La mer est entrée par toutes les fenêtres détruites, dérobant des acacias chantant des hymnes d’écume.

Et puisque tout courage est nécessaire, tout espoir est légitime.

T’appeler à toi, Lisbonne, camarade,
Et après, je ne sais pas, devenir fou.
La folie est une graine de presque rien
Et toi tu as le nom d’une femme.

Ou dire que tu es ma fiancée.
Doucement. Il ne faut pas que l’on sache
Que nous avons fait l’amour à l’aube
Et que tu portes un fils à naître.

Si j’inventais la nuit la liberté
D’embrasser tes yeux et puis de mourir,
Dans ton ventre il n’y a ni fado ni nostalgie
Mais seulement les fils que je ferais.

Et il se peut que je garde la tempête
De devoir rester ici. Et alors dire
Que sous ma bouche personne ne posera
Des roses de silence, si je le veux.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Joaquim Pessoa   -   Carlos Mendes

Fichier hébergé par Archive-Host.com

This entry was posted in Lisbonne, mon amour. Bookmark the permalink.

10 Responses to Lisboa meu amor, Carlos Mendes

  1. Pâques says:

    Une photo superbe !
    J’adore Pessoa, c’est un texte magnifique.

  2. LiseNY says:

    Cette photo est plus qu’une photo, Ar, puis-la mettre sur mon nouveau blog avec le lien pour que mes expats francophones puise venir ici admirer ton nouveau bleu de toutes les couleurs ? Ta maitrise de la photo continue d’aller de l’avant, c’est magnifique et tres encourageant pour mes petites entreprises personelles : tu me donnes l’exemple de la persévérance. Merci.

  3. clementina says:

    que idéia genial de falar da nossa Lisboa. E desta maneira sublime de conjugar um poema com uma musica. Fazes-me sossegar os meus receios de que Lisboa já não seja a mesma, na verdade esta alma de que falas qui, não poderá nunca desaparecer.

  4. Praline says:

    J’aime… photo et paroles. Merci.

  5. Obni says:

    Très belle chanson ! Tout cela donne envie de visiter cette ville et ce pays que je ne connais pas.

  6. colo says:

    Tout à fait d’actualité: courage, ailes inquiètes, la mer (la crise) envahit tout…je dirais encore et encore.
    L’introduction récitée est aussi belle que ta photo. Merci et belle journée ArRi.

  7. gballand says:

    Je ne connaissais pas cette chanson. J’aime bien l’intro. Dommage qu’il y ait un peu trop de violons, ce qui rend l’ensemble grandiloquent ;)

    • ArRi says:

      J’suis d’accord avec toi. Mais pour sa défense je dois dire que la chanson date des années 70 et donc la mode musicale à l’époque voulait que… Ceci dit j’aime beaucoup ce poète et ce chanteur qui pour moi est un des plus grands de la musique portugaise. Et puis le titre de la chanson me donne la possibilité de baptiser une rubrique des chansons ayant pour thème Lisbonne, puisqu’il parait que Lisbonne serait la ville au plus de mille chansons… Ça nous donne de la marge.
      Merci

  8. telos says:

    un contre jour qui emplit ma conscience. superbe..

    • ArRi says:

      Merci Telos. La photo a été prise lors d’une flânerie à Lisbonne. Un moment de pause dans un Belvédère en haut d’Alfama. Je dis ça au cas où un jour tu passes dans le coin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>